Chapitre 2: l'enregistrement

La tour des prédictions

Creative Commons Attribution-NonCommercial-ShareAlike Certains droits réservés.

12 commentaires

Un visiteur (cé-go) a dit :

Ca y est je suis accro Très bon travail, très prenant. Merci

21 sept. 2007

Un visiteur (J) a dit :

2° case : la formulation exacte serait : "on n'a d'ailleurs pas…“ Et à propos de la planche précédente : ”J'ai entendu parler de…" Désolée. Déformation professionnelle, enseignante qui parle. A part ça, j'aime beaucoup cette histoire qui commence, ce style qui s'affirme et ces démons pas trop méchants… Bonne continuation pour la suite ! ^.^

17 sept. 2007

Dr_Folaweb a dit :

Ha ben “j'ai entendu parler”, ça me convient, le sens est conservé. J'ai rien trouvé de bien clair concernant l'emploi de l'un ou l'autre: j'ai entendu parler de ou j'ai entendu du dire que. Mais rien qui invalide ma formule.

Mais je me demande: si ce sont des tournures de langages et non des fautes d'orthographe, faut-il les corriger ou cela fait-il partie de la façon d'être des personnages ?

J'entend souvent dire “malgré que” et je tique à chaque fois, donc je comprend très bien votre réaction: c'est pas beau à lire. Mais si je veux un personnage qui parle de la sorte ? On m'a reproché au début d'avoir des dialogues qui n'étaient pas naturels. Planche 14, Klaim dit:

D'abord l'absence totale de language “familier” ou simplement de simplification de la langue française. C'est cool de promouvoir le français mais ça rends pas les dialogues très crédible, ça leur donne un air “je lis mon texte en bon français”…

Alors je m'interroge.

Pour la négation, pas de soucis par contre. La correction sera faite dans quelques secondes.

17 sept. 2007

Un visiteur (katell) a dit :

Très belles planches ! De plus, le scénario est vraiment bien tenu ! J'ai hâte de découvrir la suite ! En attendant, je vous souhaite une bonne continuation et vous remercie de nous faire partager votre art ! Katell

17 sept. 2007

Un visiteur (J) a dit :

Oui, si vous voulez faire de ces tournures le style du personnage, ça change tout. Mais dans ce cas, il parlerait tout le temps comme ça, non ? Je ne suis pas trop d'accord avec le commentaire de Klaim, c'est-à-dire que je ne trouve pas que ça choque l'absence de langage familier, tant que ça ne part pas dans un registre de langue recherché. Je pense que les BD doivent pouvoir plaire à un maximum de gens et être assez “accrocheuses” pour ça. Et quand on rencontre des personnes dans la rue, on parle en langage courant, pas familier dès le début. Par contre, certaines expressions françaises, du style de “je m'en fiche” (il n'y en a pas d'autres qui me viennent à l'esprit ) n'appartiennent plus au langage familier et sont passées de fait dans le registre courant, du moins à l'oral. Ces expressions là, oui, je suppose que ça ferait bizarre de ne pas les trouver dans un dialogue courant et de voir à la place “ce n'est pas mon affaire”. Je ne suis pas sûre de bien m'expliquer ^^' Comme vous dîtes, c'est avant tout à l'auteur de décider du ton qu'il veut donner à ses persos. Bon courage à vous !

17 sept. 2007

Dr_Folaweb a dit :

Je ne suis guère dialoguiste, j'apprend sur le tas avec ce webcomic. Pour l'instant, je fais au plus simple: les personnages parlent comme je parlerais (enfin, comme je pense que je parlerais). Je suppose qu'au plus je les connaitrai, au plus je pourrai caractériser leur façon d'être et de parler, leur trouver des expressions propres, des tics de langage, etc. Me faire remarquer mes erreurs de français est donc très important ;-)

Sinon, je ne suis pas sûr que les bds doivent plaire à un maximum de gens, surtout sur internet. Elles DOIVENT plaire quand on doit les vendre, quand on veut récupèrer son investissement. Je pense qu'une bd sur le net, dont la publication engendre peu de frais pour son auteur, peut se permettre de plaire à moins de gens, d'être moins tout public, et donc, d'aborder des thèmes plus spécifiques, personnels,… Vu la quantité de lecteurs potentiels, elle trouvera toujours un public, de toute façon.

Quelle que soit la manière dont je dialogue mes planches, que ce soit en langage familier, châtié, ou avec plein d'erreurs et de fautes, il y aura des gens pour les lire. Le tout est de savoir ce que moi je veux donner à lire, et de rester cohérent avec ça.

17 sept. 2007

Un visiteur (J) a dit :

Bien dit ^^

17 sept. 2007

Un visiteur (Eymeric) a dit :

Petit coucou d'un visiteur amateur de webcomics et blog BD. Je découvre avec plaisir votre travail. Bonne continuation et bon courage. (Un internaute qui aimerait bien savoir dessiner)

17 sept. 2007

Un visiteur (aXelis) a dit :

hhé!! Mais c'est que ce 7eme sous-sol continue à se présenter! En apprendre sur cet univers au meme rythme que le personnage, ça a quelque chose qui me plait! :) Tient, c'est marrant cet ombré tout doux de la chemise de la démone, case 2, qui contraste avec les ombres habituellement tranchées… ça donne meme un petit effet de matière! C'est voulu?

19 sept. 2007

Dr_Folaweb a dit :

C'est voulu, mais moins pour la matière que pour le volume. Faudrait que j'apprenne à doser seulement, pour ne pas avoir subitement des ombres en dégradés alors que toutes les autres sont tranchées.

19 sept. 2007

Un visiteur (ABCN) a dit :

Toujours aussi bien l'histoire! On (je) est accro! Par contre, contrairement à ce que j'ai lu dans les commentaires d'une planche précédente, la barre d'avancement … ça me tue à petit feu! La suite !!!!!!!

20 sept. 2007

Klaim a dit :

J > Je ne suis pas trop d'accord avec le commentaire de Klaim, c'est-à-dire que je ne trouve pas que ça choque l'absence de langage familier, tant que ça ne part pas dans un registre de langue recherché. Je pense que les BD doivent pouvoir plaire à un maximum de gens et être assez “accrocheuses” pour ça. Et quand on rencontre des personnes dans la rue, on parle en langage courant, pas familier dès le début.

Attention, ce n'est pas ce que j'ai dit : ce que je pense être efficace c'est que les personnages qui se connaissent ou qui ont l'habitude de parler aux gens comme si ils les connaissaient devraient avoir un language plus “familier” au sens propre, c'est à dire pas forcémetn dans la catégorie Familier du language, mais plus proche d'une conversation fluide, moins réfléchie etc. Rien empêche de faire fluctuer ces notions selon les besoins. De toutes manière, j'imagine que ça viens avec la pratique?

1 oct. 2007